Syndrome de la phase veille-sommeil retardée

0

Le DSWPD (Delayad slepp – trouble de la phase de réveil) est la forme la plus courante de perturbation du rythme circadien chez les adolescents. Près de 16% des adolescents se plaignent de troubles du sommeil dus à la neurobiologie, ce sont :

Insomnie persistante, problèmes d’endormissement, endormissement le matin (3-4 heures), et par conséquent difficultés au réveil matinal. Pendant la journée ce n’est pas mieux car l’adolescent est fatigué, somnolent, il lui est difficile de se concentrer, et donc – il apprend pire. Habituellement, elle manque aussi son premier cours ou saute son dernier cours pour rentrer chez elle et aller dormir. Il arrive aussi que l’adolescent ne aille pas du tout à l’école, ignorant les ordres matinaux de ses parents.

Somnolence excessive – dépassement de la quantité optimale de sommeil pour la norme d’âge, c’est-à-dire les premières heures d’endormissement (vers 19/20), difficultés constantes à se lever le matin et à faire une sieste l’après-midi après le retour de l’école. Un sommeil excessif provoque de l’irritabilité et des difficultés dans le domaine des fonctions cognitives. Dans ce cas, il est recommandé de consulter un endocrinologue et de vérifier le niveau de sucre et d’hormones thyroïdiennes en raison de symptômes similaires à leur carence.

Il s’avère que ces problèmes ne sont pas liés à la qualité du sommeil, comme chez l’adulte, mais au nombre d’heures de sommeil. Si l’adolescent était autorisé à dormir à son rythme circadien, les difficultés telles que l’insomnie, la fatigue, la somnolence diurne et l’incapacité de se réveiller le matin seraient éliminées.

De nombreux parents disent que les problèmes de sommeil de leurs enfants disparaissent, par exemple pendant les vacances, lorsque le fils ou la fille se couche à 2-3 heures du matin et se lève vers midi. Le DSWPD ne doit pas être confondu avec le retard physiologique des heures de sommeil chez un adolescent, le soi-disant DLMO (Dim light metatonin onset). Elle est causée par une modification de la sécrétion de mélatonine (un composé chimique qui régule les rythmes circadiens du sommeil et de l’éveil, libérée en raison du manque de lumière du jour) et des changements hormonaux. Il s’avère que chez les adolescents, la mélatonine est sécrétée par l’organisme avec un retard de 2-3 heures par rapport aux enfants et aux adultes.

Cela signifie que chez un jeune enfant et un adulte, la mélatonine commence à agir quelque part entre 21h00 et 22h30, et généralement ensuite nous allons nous coucher, tandis que chez un adolescent ce processus commence après minuit. Par conséquent, généralement, lorsqu’un parent s’endort, son enfant est toujours actif. La situation est similaire le matin. Lorsque nos niveaux de mélatonine baissent progressivement et que nous nous réveillons, généralement vers 6-7 heures du matin, pour notre adolescent, cela se produit entre 9 et 10 heures du matin. C’est pourquoi il lui est si difficile de se lever le matin à l’école et de participer activement aux premiers cours.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here