Rythmes et sommeil

0

Des horaires réguliers pour un meilleur sommeil

Vidéo réalisée par la Fondation VINCI Autoroutes pour une conduite responsable

Adopter des rythmes réguliers, en limitant grasse matinée et sieste prolongée

Des heures de coucher et de lever régulières sont le gage d’un sommeil efficace. Ainsi, la grasse matinée le week-end n’est pas une bonne stratégie pour récupérer.

En effet, le sommeil du matin est moins restaurateur que celui de la nuit en raison, au petit matin, d’une augmentation de la température corporelle et de la sécrétion de cortisol (« hormone du stress »). Cette augmentation est programmée par l’horloge biologique et ne dépend pas de l’heure à laquelle on s’est endormi. De plus, en croyant « rattraper » le sommeil manquant en prolongeant le sommeil le matin, on perturbe la synchronisation de l’horloge biologique qui a besoin de signaux réguliers, notamment les horaires de coucher et, surtout, de lever.

Il est donc conseillé de ne pas « traîner » au lit les samedis et dimanches matins, quitte à faire une sieste en début d’après-midi. Une sieste qui n’excède pas 30 minutes, durée suffisante pour retrouver une bonne vigilance. Au-delà, on risque d’entrer en phase de sommeil profond, le réveil sera plus difficile, la vigilance mettra du temps à se restaurer et, surtout, on aura entamé son « capital sommeil » de la nuit suivante. Au risque de retarder l’heure de l’endormissement, donc celui des horaires de sommeil, … et ainsi de suite jusqu’à dérégler les rythmes biologiques. Néanmoins, si on manque de sommeil, une sieste courte en début d’après-midi est recommandée.

Le retard des horaires de sommeil, ou « jet lag social » est un des facteurs principaux de l’épidémie de dette de sommeil qui frappe tous les pays.

Réponses des experts

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here